Conseils autour des techniques de massage

Vous êtes ici : Accueil » Espace pro » Les lois » A propos de la pratique illegale du massage

A propos de la pratique illegale du massage

D 20 décembre 2012     A Webmaster    


Après l’article intitulé « pratique illégale du massage » publié dans nos colonnes, M. Joël Savatofski,
masseur kinésithérapeute diplômé d’État, fondateur de l’École du toucher massage, consultant international du massage de bien-être, auteur, a souhaité apporter les précisions suivantes

CHALON-SUR-SAÔNE

« Le Bien public annonçant le 14-12-2002 le procès qui nous a été intenté par la FFMKR écrit :
« (.) que les massages pratiqués sur une aire autoroutière le sont « en toute illégalité ».
« Cette fausse affirmation émane du syndicat des kinés. En effet, le 14-12 le procès n’avait
pas encore eu lieu, la Justice ne s’était donc pas prononcée. De même votre journal annonce
dès le lendemain du procès « que les 4 personnes ont été jugées ». Je vous précise donc que
le jugement a été rendu le 20 janvier 2003 et qu’il est sans ambiguïté : « relaxe totale,
plainte des kinés irrecevable, sans peine ni poursuite ».
« De plus, vous vous êtes fait l’écho du propos diffamatoire de « dérives dans ma formation »
utilisé par M. Triat, représentant de la Fédération en Côte-d’Or, qui a ajouté que « des dérives
me seraient reprochées par le syndicat depuis des années ».
« Cette affirmation de « reproches de dérives de ma formation » que m’aurait faite le syndicat
est mensongère, le syndicat ne s’étant jamais adressé à moi directement, mais toujours par personnes
interposées. Quant aux « dérives » proprement dites, M. Triat aurait dû s’expliquer : S’agit-il de
mes efforts vains, depuis 20 ans, d’avoir voulu rappeler à mes collègues que le massage existe ?
D’avoir sensibilisé des dizaines de milliers de personnes au toucher ? D’avoir prévenu bon nombre
d’accidents grâce aux pauses-relax offertes aux conducteurs sur autoroutes ? D’avoir formé des
soignants au toucher et à la détente dans plus de 400 établissements hospitaliers ? Ou peut-être
d’avoir appliqué l’article 13 de mon (et de son) code de déontologie qui demande (notamment au kiné
que je suis) de participer à différentes actions d’éducation, de prévention, de formation, d’encadrement etc. ?
« Les termes injurieux, comme « pipeauthérapie », à l’égard de mes techniques totalement inconnues
des kinés, montrent à quel point M. Triat ignore tout de mon enseignement et des prestations dispensées
par mon Institut et les professionnels que j’ai formés : première école européenne du toucher-massage,
créatrice de la plupart des innovations en matière de bien-être et des réalisations populaires dont la
fameuse « pause-relax » qui se développe aujourd’hui dans tous les secteurs de la société, mon enseignement
et notre savoir-faire sont reconnus pour leurs qualités pédagogiques et leurs applications adaptées dans
tous les domaines de la société.
Ce qui n’est pas le cas de mes détracteurs, ceci expliquant sans doute cela. »

Le 8 avril 2003 (extrait du "Bien public)

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message